Patchs, sprays, gommes à mâcher, tabacologues et consultations spécialisées, applications mobiles, hypnose ou acupuncture : de nombreux moyens sont à disposition pour vous aider à écraser votre dernière cigarette. Alors voulez-vous arrêter de fumer définitivement ? 

Le sevrage tabagique ne dépend que de vous si seulement vous avez décidé d’arrêter de fumer. Vous pouvez donc entreprendre votre démarche seul.e pour en finir avec votre addiction au tabac ! Néanmoins, si vous en ressentez le besoin, faites vous accompagner par un tabacologue par exemple car cet accompagnement est un facteur important de réussite. Différentes solutions s’offrent à vous.

Qui pour m’aider à arrêter de fumer ? Les professionnels de santé

Votre accompagnement peut être effectué par votre médecin traitant, un pharmacien, un tabacologue, un addictologue, un psychologue, un centre spécialisé dans l’arrêt du tabac. Ces professionnels assureront un suivi personnalisé lors du sevrage pour prévenir l’apparition possible de symptômes : prise de poids, irritabilité, anxiété mais également au long cours pour anticiper les risques de rechute.

À LIRE AUSSI | ALCOOL, TABAC ET ADDICTIONS À LA RÉUNION : QUI PEUT M’AIDER ?

Tabac : Accompagnement psychologique

Profiter du soutien d’un professionnel pour vous aider à vaincre la dépendance et renforcer votre motivation tout au long du sevrage peut être d’une grande utilité. Ce soutien peut prendre la forme d’entretiens et de consultations plus ou moins espacés, ou d’une thérapie comportementale et cognitive (prise en charge psychologique spécifique pour aider à changer de comportement).

Le coach tabac info service

Disponible en ligne ou sous forme d’application smartphone, le coach personnel Tabac Info Service est un outil utile et facile d’utilisation pour faire le point sur votre motivation et lever les blocages psychologiques à l’arrêt du tabac. Pour en savoir plus, consultez notre test.

ON A TÉSTÉ | L’APPLI TABAC-INFO-SERVICE

Les substituts nicotiniques

Le traitement de substitution nicotinique vise à diminuer l’envie de fumer et à réduire les symptômes de manque dus au sevrage tabagique en remplaçant la nicotine contenue dans les cigarettes par de la nicotine présente dans des traitements appelés substituts nicotiniques. Cette nicotine arrive au cerveau sans passer par les poumons et soulage la sensation de manque. Ce traitement facilite ainsi la période de sevrage.

Différents types de substituts à la nicotine :

  • Patchs à la nicotine à appliquer sur la peau
  • Gommes à mâcher type chewing-gum
  • Inhalateur (e-cigarette ou vapoteuse)
  • Sprays pour pulvérisation buccale
  • Comprimés à sucer ou à faire fondre sous la langue

Si les dosages sont bien adaptés, ces substituts comblent efficacement le manque de nicotine. Les effets désagréables liés à l’arrêt du tabac (irritabilité, difficultés de concentration, humeur dépressive, troubles du sommeil ou de l’appétit, etc.) disparaissent ou diminuent.

Cependant, il peut être difficile de trouver le bon dosage. N’hésitez pas dans ce cas à demander conseil à un professionnel de santé : pharmacien, médecin traitant, tabacologue, etc.

À LIRE AUSSI | ARRÊTER DE FUMER : LES AIDES FINANCIÈRES

Les médicaments : Aide au sevrage tabagique

La Haute Autorité de Santé recommande en premier lieu l’usage de substituts à la nicotine. Néanmoins, ces derniers ont échoué en dépit d’un dosage efficace et d’une durée suffisante, votre médecin peut vous prescrire un traitement médical d’aide au sevrage en l’absence de contre-indications. Ce traitement nécessite un suivi médical strict. Parlez-en avec votre médecin traitant.

Il en existe 2 : Zyban et Champix, dont la prescription médicale et le suivi doivent être rigoureusement faits par un médecin.

Quelle place pour la cigarette électronique ?

À ce jour, la Haute Autorité de Santé (HAS) ne recommande par la cigarette électronique comme outil d’aide à l’arrêt du tabac, car son efficacité et son innocuité n’ont pas été suffisamment évaluées pour le moment.

À LIRE AUSSI | VAPOTAGE : FAUT-IL S’EN MEFIER ?

Et les médecines complémentaires ?

Acupuncture, auriculothérapie, hypnose, homéopathie, mésothérapie sont autant d’offres complémentaires au sevrage tabagique…Ces méthodes n’ont cependant pas prouvé scientifiquement leur efficacité mais elles sont dénuées de risque majeur et peuvent être une aide complémentaire appréciée par certains fumeurs.

Quelle que soit votre stratégie de sevrage tabagique, gardez bien en tête qu’arrêter de fumer est un véritable apprentissage. Il faut parfois plusieurs essais pour y arriver, et surtout ne restez pas seul et n’hésitez pas à demander de l’aide.

Sources

Arrêt du tabac : des aides pour augmenter les chances de succès | AMELI

Partager :

Tous nos articles sont rédigés avec l’aide de professionnels de santé de La Réunion.