Le sport, comme la BD, c’est bon pour les enfants de 7 à 77 ans. Mais tout le monde ne peut pas faire la même chose. Voici les activités conseillées à chaque âge, et pourquoi.

« Chaque âge, comme chaque saison, amène des occupations différentes ». L’auteur romain qui a écrit cette phrase s’appelait Plaute. Il est né 254 ans avant Jésus Christ. Autant dire qu’il y a longtemps qu’on sait qu’à 60 ans, on ne pratique pas les mêmes activités que lorsqu’on est marmaille. On n’a pas forcément les mêmes intérêts, d’une part, mais on n’a surtout pas les mêmes besoins, ni les mêmes capacités. Quelles activités correspondent à votre âge ou à celui de vos enfants ? Suivez le guide.

Avant 5 ans

babybos_avant-5-ans

Avant 5 ans, l’enfant n’est pas encore apte à pratiquer un sport. Bien comprendre les règles est encore compliqué. La coordination des gestes n’est pas encore suffisante pour maîtriser la technique. En revanche, il a besoin de se dépenser beaucoup : au moins 3h d’activité dans la journée, dont une heure assez intense de jeu énergique : courir, danser, lancer, jouer au maire, etc.

De 5 à 12 ans

babybos_apres-5-ans

À partir de 5 ans, l’enfant commence à maîtriser des gestes plus complexes. Il est capable de lancer des objets plus loin, il évalue mieux leur vitesse et leur trajectoire. Il peut maîtriser les bases des sports organisés comme le football, le rugby ou le tennis. Et il a toujours besoin d’une activité physique intense à raison d’une heure par jour.

Attention aux excès cependant

L’enfant est alors en pleine croissance. Les cartilages sont fragiles. Les jeunes de cet âge ont tendance à vouloir à tout prix être le meilleur, et il peut arriver qu’ils forcent un peu trop pour y arriver. Résultat, les blessures sont possibles.

La pratique de la compétition et le perfectionnement sportif ne sont pas conseillés avant l’âge de 8 ans.

De 13 à 17 ans

bibados

Moins fragile, le corps est désormais capable de supporter tous les types d’efforts. Mais la compétition et l’envie de gagner ne sont plus des moteurs aussi puissants : l’activité doit être divertissante, et socialement intéressante.

La pratique doit toujours être très régulière et assez importante : une heure minimum par jour, avec à proportion égale des activités cardio intenses et des activités de renforcement musculaire et osseux. C’est en effet durant la puberté, et jusqu’à 25 ans, que le capital musculaire et osseux se constitue.

Durant l’adolescence, période de transformations physiques et psychiques, le sport peut aussi renforcer l’estime de soi, apaiser les tensions liées à la pression des résultats scolaires, et permettre de rencontrer de nouveaux amis.