Dans la prise en charge de l’insuffisance cardiaque, l’hygiène de vie est primordiale. Elle complète l’action des médicaments pour diminuer les symptômes, et soulager le cœur. Alimentation, activité physique, suivi médical : que faut-il savoir et surveiller ? Éléments de réponse.

Comme dans la plupart des maladies chroniques, le médicament le plus efficace pour lutter contre l’insuffisance cardiaque, c’est vous. Vos habitudes au quotidien, votre façon de manger, le temps que vous consacrez à vous exercer chaque jour, et l’attention avec laquelle vous suivez votre état de santé. Au-delà de ces généralités, voici les éléments-clé sur lesquels vous pouvez agir pour vivre mieux avec la maladie.

Dans l’assiette, moins de sel…

La première chose à surveiller quand on souffre d’insuffisance cardiaque, c’est la quantité de sel que l’on mange. Il est en effet bien démontré qu’une alimentation salée est un facteur d’aggravation de la maladie. Il convient donc de limiter sa consommation à moins de 4 à 6 grammes par jour, voire moins en fonction de l’avis du médecin traitant.

… et plus sain !

D’autre part, une réduction des aliments riches en graisses s’impose, tout comme la surconsommation de sucre afin de lutter contre le surpoids, l’obésité, le diabète et l’excès de cholestérol, qui sont tous des facteurs d’aggravation de l’insuffisance cardiaque chronique.

Pour ce qui est des matières grasses, il faut surtout éviter les graisses, dites « saturées » : plats en sauces, aliments frits, beurre, crème… Mais aussi fromages et charcuteries, qui ont le double inconvénient d’être gras, et très salés !

Pour vous aider, vous pouvez demander à votre médecin d’avoir les conseils pratiques d’un(e) diététicienn(e).

Attention au liquide

Les insuffisants cardiaques ont tendance à faire de la rétention d’eau, ce qui oblige le cœur à faire des efforts supplémentaires pour éliminer l’excès d’eau dans le sang. Les apports en liquide doivent donc être surveillés. Que ce soit l’eau, le café, le thé, les jus de fruits, le lait, la soupe : la quantité totale de liquide bue chaque jour devrait être comprise entre 1 et 2 litres.

En cas d’aggravation de l’insuffisance cardiaque, si des œdèmes apparaissent ou si un essoufflement se fait sentir, le médecin peut vous demander de réduire cette consommation de liquide.

Doucement sur l’alcool

L’alcool est toxique pour le cœur et augmente la pression artérielle. Il est conseillé de limiter la consommation d’alcool à 3 verres standard maximum par jour pour un homme, et 2 verres standard par jour pour une femme.

bibos-le-rhum

Une activité physique régulière

Lorsque l’insuffisance cardiaque est stable, il est recommandé de pratiquer une activité physique modérée comme la marche, la natation, le vélo d’appartement, ou de passer du temps dans son jardin à s’occuper de ses plantes. L’exercice physique contribue en effet à renforcer le cœur pour qu’il travaille plus efficacement. Il permet d’augmenter le bien-être et l’autonomie.

PAS TROP FORT !

Votre activité physique doit être adaptée à votre état de forme. Elle ne doit pas déclencher d’essoufflement, de palpitations ou de fatigue. Aussi, avant de commencer la pratique d’un nouveau sport ou avant de se lancer dans une activité inhabituelle, il est impératif d’en parler à son médecin pour vérifier l’absence de contre-indications, et pour bénéficier de ses conseils.

Arrêter de fumer : Impératif

Outre son impact sur les poumons, le tabac est particulièrement nocif pour le cœur et les artères. Pour vous aider à arrêter de fumer, de nombreuses solutions sont à votre disposition. Parlez-en avec votre médecin traitant, il saura vous conseiller.

Contrôler son stress

Trop de stress peut nuire à la santé — à votre cœur et à vos artères notamment. Identifiez vos sources de stress et apprenez à les gérer. Sachez que l’activité physique est une bonne solution pour décompresser.

Sources

Insuffisance cardiaque — Ameli Santé

Partager :

Tous nos articles sont rédigés avec l’aide de professionnels de santé de La Réunion.