Le diabète gestationnel est un trouble entraînant une hyperglycémie, c’est-à-dire un excès de sucre dans le sang chez les femmes enceintes. Le diabète gestationnel est en général dépisté après 3 mois de grossesse !

Les facteurs qui peuvent favoriser un diabète gestationnel

  • un âge supérieur à 35 ans,
  • un IMC supérieur à 25,
  • des antécédents familiaux de diabète (parents, frères et sœurs),
  • des antécédents de macrosomie fœtale, c’est à dire avoir un bébé de plus de 4 kg à la naissance
  • avoir eu un diabète gestationnel diagnostiqué au cours d’une précédente grossesse.

Pour les femmes, il faut savoir qu’avant la fin des 3 premiers mois de grossesse, entre 24 et 28 semaines d’aménorrhée, on procède au dépistage du diabète gestationnel grâce à une hyperglycémie provoquée. C’est à dire que l’on fait prendre une dose de sucre à la future maman et on mesure l’évolution du taux de sucre dans son sang.

Quels sont les conséquences du diabète gestationnel ?

Le risque le plus fréquent lié au diabète gestationnel est la macrosomie fœtale : c’est à dire un poids de naissance supérieur à 4 kg et donc un accouchement difficile qui peut mettre en danger le bébé

Si on vous diagnostique un diabète gestationnel, votre médecin vous demandera de contrôler votre alimentation et de surveiller votre taux de glucose. Une diététicienne peut vous aider à manger plus équilibré. Et pourquoi pas, si le gynécologue est d’accord, pratiquez une activité physique régulière. Cela peut suffire à maîtriser le diabète.

Si ces mesures ne suffisent pas, votre médecin pourra être a