Sébastien Payet nous parle des zerbaz péï dans ce programme court et décalé, sur le thème de la santé en partenariat avec Réunion 1ère !

L’origine des zerbaz péi

Quand il n’y avait pas ou peu de médicaments à La Réunion, nos anciens utilisaient les plantes pour se soigner. Des plantes ramassées dans les jardins, dans la forêt, sur le bord des chemins.

Pas toujours très appétissant mais très efficace. Ainsi, au fil des années, on a élaboré des remèdes appelés zerbaz. D’une génération à l’autre, la connaissance des plantes a été transmise oralement, mais pas à tout le monde.

Les tisaneurs réunionnais

Des secrets jalousement gardés par quelques-uns et transmis à un petit nombre de connaisseurs. Une véritable vocation de “tizanèrs” qu’on appelle aussi des tradipraticiens.

Il est vrai que la connaissance des plantes et remèdes ne suffit pas. Il y a aussi le savoir-faire : Quand cueillir la plante ? Comment la préserver ? Quelle partie utiliser et comment ? Quelle plante est-il utile d’avoir dans son jardin ?

Les plantes médicinales à usage thérapeutique utilisées localement sont endémiques, cela veut dire qu’elles font partie des espèces d’origine Réunionnaises… Ou bien exotiques, c’est à dire qu’elles ont été amenées par les hommes sur l’île. On en compte plus de 200.

Il y a aussi les plantes aromatiques qui dégagent arômes et huiles essentielles. Par exemple, l’herbe à bouc, qui s’appelle ainsi parce qu’elle sent tout simplement… le bouc ! C’est une herbe sauvage qui est préparée en tisane pour les brûlures d’estomac.

Plantes et médicaments

Figure-toi que certai